Je porte un casque

A l’heure où le casque devient obligatoire en UFOLEP à l’entraînement pour être couvert en cas d’accident, comme il l’est en compétition depuis longtemps, faut-il rappeler que cet équipement est avant tout destiné à protéger la vie de celle ou celui qui le porte.

Car les facteurs de risques sont multiples : accrochages entre cyclistes, défauts de voirie, intempéries, trafic automobile croissant, automobilistes inconscients ou mal intentionnés… pas une semaine ne se passe sans que la presse ne se fasse l’écho d’un tragique accident.

Si auparavant les casques étaient disgracieux,  inconfortables et peu pratiques, cet appendice a vu son design et son ergonomie bien améliorés et on est loin désormais des casques de hockey des années 90. Ces critères sont trop souvent avancés par les réticents à le porter. Les mauvaises habitudes sont difficiles à faire passer, mais il faut reconnaître que les cyclistes  sont de plus en plus nombreux à avoir le réflexe de se protéger la tête et c’est tant mieux.

Une initiative est à mettre en avant, celle de Je Porte Un Casque. Si vous manquiez d’arguments ou de témoignages, ce site vous les apportera.

 

je-porte-un-casque

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.